Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 17:01

Le Poulpe court toujours !

Recueil de nouvelles collector...

Avec la complicité des éditions Baleine, La Fureur du Noir, La Noiraude et Frédéric Prilleux, grand coordinateur parmi les grands.

 

(Bon je vous l'accorde, j'ai fait bien plus long que d'habitude. Mea culpa. Essayez d'aller jusqu'au bout !!!! )

 

 

 

Le Poulpe a 20 ans et il a tapé l'incruste à Noir sur la Ville qui fête aussi ses 20 ans.

Il s'est immiscé dans le recueil de nouvelles écrites par 4 lauréats du concours (nous les appellerons A,B,C,D) et 5 auteurs ayant déjà fait leurs preuves ( c'est ce qui se dit dans les couloirs).

Et puis il y a un "Bonus"...

 

Inutile de vous rappelez qui est le Poulpe, cet octopus aux longs bras et ventouses devant et derrière.

 

 

Le poulpe court toujours ! - Recueil de nouvelles - Noir sur la ville 2016 -

 

 

Le Poulpe court toujours ! c'est d'abord une préface de Frédéric Prilleux, au titre poétique et un tantinet pompeux : Ce que la Noiraude met en bière, Le Poulpe l'emballe...

Petite intro conviviale façon canapé à l'apéro, un tapas sauce Prilleux, une olive dans le cocktail.

Ensuite on a le choix entre entrées , plats, desserts. Personnellement j'ai pris le menu à la carte et j'ai tout mangé.

 

 

What else, Angels ? Ce n'est pas le dernier titre des ZZ top mais celui de la nouvelle écrite par François Cariou (appelons-le lauréat A).

On y parle de sacrum, de coke, de Harley, d'Angels venus de l'Hell. Sous l'humour noir se cachent de bien vilaines choses qui méritent davantage vengeance que jugement dernier. Gabriel est prêt, la chute n'en sera que meilleure...

 

 

L'abbé Bette du Gévaudan est un ami de Bernard Granjean (lauréat B).

Une sombre histoire de bête, de fil barbelé mal placé, d'une borne kilométrique assassine, d'un curé à la stature d'un rugbyman.

Gabriel devient ici le premier invertébré mis en cage et sauvé par la religion ...Amen.

 

 

Le lauréat C, Eric Lainé a décidé d'intituler sa nouvelle Poulpe Miction.

Il est question de densité osseuse, d'ostéoporose, de disparitions et évidemment de petite vessie (rapport à Miction, vous suivez ? ). Un petit tour dans un monastère, de l'humour et de l'action et l'affaire est dans le sac pour Gabriel !

 

 

L'arène des paumés aurait pu mettre Jean-Patrick Muller KO . Il n'en est rien. Le lauréat D s'en est bien sorti avec du « pink killer », des mocassins (peut-être à glands mais rien de sûr...), des sodas à la spiruline et une lutte sauvage contre la gentrification et l'exploitation des plus démunis. Tout ça parce que Gabriel a eu envie de pisser tranquille...

 

 

Dans Chais et Rasades, Jean-Hugues Oppel fait revenir le Poulpe d'Australie. Le retour du poulpe, son Re-départ, son arrivée, une gare et Bordeaux dans la ligne de mire. On y cause d'une femme à chien (ou qui a du chien?), de tondeuse à gazon, de vin , de viticulteurs bien remontés . Ça ne sent pas le houblon tout ça !

 

 

Bascoulard ! n'est pas une insulte venue d'un lointain pays mais le titre de la nouvelle rédigée par Pascale Dietrich. Bascoulard ! est le nom de notre défunt héros, peintre autodidacte et talentueux ayant réellement existé.

Il est question de robes en dentelles, de mamie poulpe (prononcez mamie blue svp), d'une couturière et pourquoi pas d'une bande de mecs saucissonnés dans des robes à volants.

Mais qui a tué avec la clé anglaise ?

 

 

Les Faux Jetons Maltais ont envoyé Pascale Fonteneau du côté de Bruxelles. Il paraît qu'on y trouve des valises avec des moitiés de corps qui appartiennent (les moitiés de corps hein ?) à un autre corps déjà mort depuis un an. Ça ne semble pas déranger Gabriel.

Allez , aujourd'hui c'est jour de fête !

 

 

Marc Villard est bien trop optimiste pour être honnête ! Ce n'est qu'un combat, continuons le début . Une légère dyslexie Monsieur Villard ? Ou peut-être un amour pour les exercices de style ?

Cette nouvelle nous ramène en mai 68 avec ses trouducs, ses naissances dans le chaos et la révolution, les pavés qui volent, les coups de matraques aussi. Ça sent le cocktail et le molotov , ça sent la mort détournée. Tout en poésie et ce n'est qu'un début, Continuons le combat !

 

 

Pour Jean-Bernard Pouy, c'est une autre histoire...

Deux êtres se rencontrent et un tombeau de merde s'installe dans leur cœur.

Ça plombe mais qu'est ce que c'est bon . JB Pouy règle enfin ses comptes avec le Poulpe.

Thérapie sous forme de nouvelle ? Divorce à l'Armoricaine ? Le poulpe déguste, bouffe ses tentacules et c'est son papa qui régale...

 

 

 

Dois-je vous dévoiler le Bonus ?

Ou juste vous en dire un peu plus ?

La balade du poulpe comme titre,

C'est pas les aventures d'une huître !

Il ne s'agit pas d'une nouvelle

Mais d'un p'tit truc sur Gabriel.

Peut-être le résumé de sa vie ?

De ses rencontres, de ses ennemis ?

C'est la petite danse de l'octopus

et c'est pas écrit par un minus.

 

 

22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 15:14

 

Têtes d'affiche affichées

 

 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images

 

 

 

Des trésors exposés

 

 

 

J'ai fait une fixette sur cette bière ...

 

 

 

 

 

2004, 2006, années fétiches, allez savoir pourquoi. Certains le savent, d'autres pas.

 

 

Tati Mouzo et Didier Lange

 

 

 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images

Des clins d'oeil au passage

 

 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images

 

Quelques auteurs

 

Anne-Céline Dartevel et Marc Villard

 

Alain Emery

 

Jérôme Leroy et Benoît Séverac

 

Caryl Férey

 

Christian Roux

 

Hervé Le Corre

 

Jérôme Leroy et Benoît Séverac

 

Franck Bouysse

 

Jérôme Leroy et Tim Willocks en pleine partie d'échecs .

Benoît Séverac et Alain Emery.

 

 

 

Un beau weekend, de belles rencontres et retrouvailles, un monde fou donc peu de photos mais une fois de plus de beaux souvenirs à Lamballe avec Noir sur la Ville, le festival sans lequel l'automne serait bien tristounet. 

 

 

18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 15:02
La manufacture de livres - 2016

La manufacture de livres - 2016

 

 

Après un petit tour dans les Cévennes avec Grossir le ciel, embarquons pour un voyage sur le plateau des Millevaches et allons à la rencontre d'une région et de personnages qui n'attendent rien de nous. Six personnages qui semblent se suffirent à eux-même, vivant en quelque sorte en autarcie « psychologique ».

 

Virgile et Judith ont élevé Georges, leur neveu, dont les parents sont morts lorsqu'il était très jeune. Virgile perd peu à peu la vue et Judith s'enfonce dans la maladie d'Alzheimer.

Georges vit près de chez eux, dans une caravane, refusant d'occuper la maison de ses défunts parents. Il n'a jamais voulu être paysan mais il a été modelé pour le devenir. Sa passion c'est plutôt les livres mais Georges a ravalé ses envies d'ailleurs.

 

Karl est un ami de Virgile, il est venu s'installer dans la région sur le tard. C'est un enfant des villes qui a raccroché ses gants et est venu par ici, un peu comme en exil.

 

Cory est la nièce de Judith. Femme des villes, femme battue venue se terrer ici pour réapprendre à vivre, fuir « l'homme-torture », trouver asile. Son arrivée met le feu au poudre.

 

Et enfin le chasseur, épiant, traquant sa proie mais laquelle...

 

On retiendra de Plateau les personnages que l'auteur met si bien en valeur, leurs secrets, les non-dits, leur rudesse apparente et leur sensibilité refoulée. Ne rien dire, ne rien entendre, ne rien voir, garder pour soi jusqu'à la mort. Mourir le cœur plein de regrets, mourir pour oublier ses erreurs.

 

On retiendra aussi les descriptions de la vie rurale, des lieux ou des paysages qui nous deviennent alors presque familiers, et les rencontres entre les personnages, leurs dialogues dans lesquels les silences ont autant d'importance que les mots.

 

 

Franck Bouysse signe un très beau roman noir et nous prouve à nouveau que sa plume peut être à la fois taillée dans le granit et trempée dans l'eau d'une source.

 

 

 

 

 

 

 

GROSSIR LE CIEL, c'est par ICI

 

 

 

 

 

 

 

Published by l'oiseau livre - dans Made in France Franck Bouysse
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 16:17
Noir sur la ville 2016  - 20 ans de Noir à Lamballe !

NOIR SUR LA VILLE fête ses 20 ans les 18,19 et 20 novembre . 

 

20 bougies pour 48 auteurs et pas les moindres.

 

 

Mouloud AKKOUCHE,

 Gérard ALLE, 

Morgan AUDIC,

 Patrick BARD, 

Hervé BOIVIN, 

Franck BOUYSSE, 

Thomas BRONNEC, 

Marion BRUNET,

Hervé COMMÈRE, 

Anne-Céline DARTEVEL, 

Patrick DELPERDANGE, 

Sylvie DESHORS, 

Pascale DIETRICH, 

Alain ÉMERY, 

Manon FARGETTON, 

Caryl FEREY

Denis FLAGEUL, 

Pascale FONTENEAU, 

François GUÉRIF,

 Sophie HÉNAFF, 

Luc JACAMON, 

Hervé LE CORRE, 

Benjamin LEGRAND, 

Jérôme LEROY,

Jean-Noël LEVAVASSEUR, 

Sophie LOUBIÈRE,

 Ian MANOOK, 

Sandra MARTINEAU, 

Mickaël MENTION,

 Claude MESPLÈDE, 

Isabelle MICALEFF, 

Pascal MILLET, 

Stuart NEVILLE, 

Colin NIEL, 

Jean-Paul NOZIÈRE, 

Jean-Hugues OPPEL, 

Patrick PÉCHEROT, 

Eléna PIACENTINI, 

Jean-Bernard POUY, 

Patrick RAYNAL, 

Christian ROUX, 

Benoît SÉVERAC,

Franck THILLIEZ, 

Olivier THOMAS, 

Jean-Christophe TIXIER, 

Olivier TRUC, 

Marc VILLARD, 

Tim WILLOCKS

 

Noir sur la ville 2016  - 20 ans de Noir à Lamballe !

Quelques uns sont déjà passés par ici : 

 

 

Franck BOUYSSE, 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Alain ÉMERY, 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jérôme LEROY,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caryl FEREY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eléna PIACENTINI, 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christian ROUX, 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hervé COMMÈRE ICI et Là 

 

 

Jean-Noël LEVAVASSEUR, 

 

 

Sophie LOUBIÈRE,

 

 

 

 

D'autres attendent sagement d'être avalés dans une pile qui n'a plus de nom...

 

 

 

Quant aux autres, ceux qui ne sont ni ici, ni dans la pile infernale, je m'en chargerai sur place. J'ai déjà repéré mes cibles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le programme ?

Il est bien chargé et riche à souhait.

Il y en a pour tous les goûts et tous les âges.

 

Les dédicaces , le samedi et le dimanche.

Les expos avec Olivier Boutet, Didier Lange, Yann Lesacher et Tati Mouzo.

Les rencontres /débats :

-Des tropiques au cercle polaire, samedi à 14h45.

-Quand l'histoire percute le noir, samedi à 16h.

-Rural en noir , dimanche à 14h45.

-Paroles sur l'édition, dimanche à 16h.

Et Noir sur la ville ne serait rien sans la présence de

 

 L'indic ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

813 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Noiraude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Programme complet ICI .

 

Alors vous, je ne sais pas, mais moi j'y serai, parce qu'un automne sans Noir sur la ville , c'est comme un gâteau sans sucre, ça n'existe pas.

Le gâteau ! le gâteau !

 

 

6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 17:08
Rivages /Noir 2013

Rivages /Noir 2013

 

 

Dans un appartement, gît le corps sans vie d'une femme, éviscérée. Dans ce même appartement , il y a un placard dont la porte est légèrement ouverte. Dans ce placard, un petit coussin, de l'eau. Dans ce placard, un cahier. Dans ce cahier, une écriture, celle d'un enfant.

 

Alice est une voisine, Alice est photographe. En descendant de chez elle, elle a trouvé la porte ouverte, elle est entrée, elle a vu, a pris des photos, comme ça par automatisme puis elle a vomi.

Ce n'est qu'après qu'elle a vu le placard, qu'elle s'est emparée du cahier, qu'elle a compris que l'enfant était parti, qu'elle devait le retrouver.

Alice en a fait son histoire personnelle et chaque fois qu'elle ouvre le cahier, elle retrouve son passé. A lice a son placard.

 

 

Dans cet appartement, la police découvre le corps sans vie d'une femme, éviscérée. Les intestins ont été scrupuleusement lavés dans l'évier de la cuisine.

Dans ce même appartement , il y a ce placard dont la porte est légèrement ouverte, où l'on découvre les traces d'une présence. Mais il n'y a plus personne. Samuel et Eustache, deux flics chargés de l'affaire découvrent la scène de crime et comprennent rapidement qu'un enfant occupait ce petit espace.

Pourquoi cette femme est-elle morte ? Pourquoi enfermait-elle son enfant ?

 

 

Eustache n'a pas envie d'être là., il a envie de rentrer chez lui, se caler devant son ordinateur et poursuivre son récit, son histoire. Eustache a son placard.

Samuel n 'a pas envie d'être là. Ce n'est pas l'image de la morte qui le hante mais celle du placard et du petit creux dans le coussin. « C'est trop la merde cette histoire. » . Samuel laisse tomber sa tête entre ses mains. Lui aussi a son placard...

 

 

Quatre personnages dont les chemins vont se croiser. Réunion de destins autour d'un meurtre.

Trois personnages au passé lourd et inacceptable ou à l'enfance brisée.

Et un enfant. L'enfant dans son présent, dont la vie tient grâce au fil de son cahier. Petite écriture naïve et maladroite, patte de mouche aimante et pleine d'amour pour son bourreau.

 

 

 

Ce n'est pas le roman d'un meurtre et pas uniquement celui de la recherche d'un meurtrier. C'est la combinaison de trois écritures, de trois typographies, de 4 personnages. Christian Roux a l'art et la manière de rendre ses personnages marquants, de ceux qu'on croise dans la rue, qu'on côtoie et qui traînent leur passé, leurs blessures dans la solitude et le silence des mots. Des personnages hantés par leurs placards très noirs au goût acide.

 

On a tous un placard légèrement ouvert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre roman de christian Roux ICI

 

 

 

Published by l'oiseau livre - dans Christian Roux Made in France
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 18:04
Editions La table ronde 2009

Editions La table ronde 2009

 

 

Premier roman noir de Jérôme Leroy paru en 1997 aux éditions du Rocher et réédité en 2009 à La table ronde.

Roman noir en deux parties : le présent en conflit avec le passé. Ou peut-être l'inverse ou peut-être seulement une suite logique. Celle d'un homme, à la fin du 20ème siècle, abruti par les antidépresseurs, les anxiolytiques , l'alcool. Mort-vivant parmi les vivants, prof de son état, obéissant à des réflexes séculaires pour survivre.

Un homme en sursis dans un pays qui va mal, qui étouffe et se révolte. Un homme, détenteur d'un terrible secret, celui de sa vie , de ses actes passés.

Redécouvrir l'amour ou du moins l'envie de vivre et oublier ce qui a fait de lui ce qu'il est.

Accepter l'inacceptable en espérant que les démons du passé lui accordent un peu de répit.

Se rappeler que la manipulation est de mise dans une société vérolée.

 

On est loin de la fiction, bienvenue dans notre réalité.

 

« -Tu es au courant de ce qui se passe cette nuit, Aurore ? Je ne parle pas de nous deux, je te parle de dehors, ce ne sont plus les émeutes qui durent depuis des mois. C'est une révolte écrasée dans le sang. Comme ça, à tous les échelons, des gens comme ton mari auront le beurre et l'argent du beurre. On prendra prétexte d'une situation insurrectionnelle pour adopter des mesures d'exception... Le rêve, pour un capitaliste : l'ultra-libéralisme économique et l'autoritarisme politique. Et tu verras que ça va passer comme une lettre à la poste : la moitié de ce pays est virtuellement exclue, l'autre a peur de passer du mauvais côté de la barrière. Alors ils vont filer droit, bien droit. On leur expliquera qu'on ne peut pas faire autrement au journal de vingt heures. »

 

 

 

 

La seconde partie nous dévoile le grand secret, le drame et ses raisons. Le déclin d'un homme aveuglé par l'amour. Un amour, cette femme, qui s'éloigne, qui a soif d'argent, de sexe, de puissance et qui migre vers les hautes sphères politico-financières. Un amour qu'il tente de sauver et lui procure un aller simple pour l'enfer « bleu ».

 

Du style , une histoire  et des personnages. La laideur de nos dirigeants, l'ordre social. Tout est là.

Un excellent roman noir très réaliste où le pouvoir corrompu est impitoyable et ...pitoyable.

 

Coup de cœur.

 

 

 

Monnaie bleue - Jérôme Leroy - Roman noir
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 09:32
Editions J'ai lu 2013

Editions J'ai lu 2013

 

 

 

Editions La Tengo 2012

Editions La Tengo 2012

-Bouge, allez bouge putain. Donne du rythme !

La sueur me pique les yeux, mon casque, trop serré, compresse mes tempes.

Ok on a compris, on n'est pas dans un cours de Salsa.

 

Tony est un p'tit gars sans problème dans une banlieue à problèmes. La drogue, le deal, les trafics, il n'y touche pas. Il a une nette préférence pour les gants et les cordes. Il a les moyens de s'offrir un brillant avenir dans le milieu de la boxe et fait tout pour y parvenir.

Mais voilà, Tony a une mère et là c'est une autre histoire. Entretenue par les caïds de la cité, sa vie se résume à un éternel Problème.

Une sombre histoire de vengeance se trame lorsqu'elle se fait agresser par l'un de ses amis...

 

Tony est un p'tit gars sans problème mais Tony veut se venger. Miguel, caïd de la ville est là prêt à l'aider. Sans foi ni loi, il faut payer le prix pour obtenir vengeance.

 

Jérémie Guez offre à Tony le rôle de narrateur. L'impact est immédiat, on monte avec lui sur le ring et on attend le KO.

Un roman noir et fort avec malgré tout une touche de tendresse posée sur le spectre de la misère sociale.

Percutant.

Published by l'oiseau livre - dans Made in France
commenter cet article
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 13:12
La manufacture des livres 2012

La manufacture des livres 2012

 

 

 

Points 2014

Points 2014

 

Même si vous n'êtes pas forts en maths, vous comprendrez que 20 ans se sont écoulés entre 1973 et 1993. 20 ans de mensonges familiaux, politiques, de morts camouflées, de vies bousillées. La vraie vie quoi !

20 ans de secrets bien gardés, de corruption de ces hauts fonctionnaires qui doivent leur salut aux magouilles et manœuvres politiques. 20 ans d'une mafia nourrit au caviar.

La politique du tumulte, c'est un peu le tumulte de la politique où la raison du plus fort est toujours la meilleure.

 

C'est dans cet univers nauséabonde que Léa décide d'éclaircir le décès de sa mère. Elle ne croit pas en une mort accidentelle et à la lecture de son journal, elle est interpellée par la récurrence de certains noms.

La vérité a un prix. Sur sa route, des ripoux, des mafieux, des politiciens corrompus prêts à tout pour conserver un semblant de dignité, des révélations pas belles à entendre mêlant prostitution et pédophilie...

 

La politique du tumulte est aussi le premier roman de François Médéline. Pas de répit dans l'écriture, pas de temps mort mais une mort toujours présente pour taire les vices des uns et les blessures des autres. Et cette piqûre de rappel sur un passé pas très loin, sur une autre période politique où rien n'était tout blanc et cette même piqûre qui nous rappelle que c'est toujours le cas aujourd'hui .

 

Un roman bien noir au style incisif où de nombreux personnages entrent en scène. L'essentiel se situant malgré tout autour de deux protagonistes qui finiront par se croiser.

Une toile, des proies, du fil de soie pour prédateurs. Le festin n'en est que meilleur.

 

 

 

Published by l'oiseau livre - dans Made in France
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 08:46

 

Dernier Léo Tanguy .

 

Chronique parue en version papier et sur le site du Cri de l'ormeau  ICI .

 

Balle tragique à Colombières: un mort - Jean-Noël Levavasseur
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 13:25
Collection Série noire Gallimard 2015

Collection Série noire Gallimard 2015

Collection Folio Policier 2016

Collection Folio Policier 2016

 

En 1986 le docteur Bryce publie une étude concernant des « êtres dotés de capacités exceptionnelles » représentant 1% de la population mondiale.

Le monde découvre alors ceux que l'on appelle « Les brillants », petits êtres alors âgés de moins de 7 ans.

Simple curiosité, phénomène qualifié d'étrange, lien avec les causes environnementales ?

Les brillants sont présentés comme une « anomalie passagère de l'évolution » dont l'étendue des dons est inconnue.

 

27 ans plus tard, ces enfants sont devenus des adultes et malgré de nombreuses et coûteuses recherches, on n'a pas avancé d'un iota pour expliquer le phénomène.

La majorité des brillants possède des facultés de niveaux 4 et 5, lecture rapide, mémoire absolue etc ...Facultés incroyables mais pas un problème en soi.

Mais lorsque l'un d'eux, de niveau 1 se met à jouer avec les marchés financiers comme on joue aux petits chevaux, le monde devient fou. L'humanité dite normale ne perçoit plus les « anormaux » comme de gentils génies mais comme une menace .

 

Un département d'analyse et réaction ( le DAR) est alors créé afin d'exercer un contrôle et une surveillance continus de leur activité ...voire plus...

De nombreuses éliminations sont monnaie courante, les ordres viennent des hautes sphères.

Cooper est l'un des meilleurs agents du DAR. C'est aussi un brillant dont le boulot consiste à traquer d'autres brillants, dont John Smith, numéro 1 sur la liste. Il part en chasse, s'infiltre tant et si bien qu'il se demande s'il n'a pas été lui-même manipulé.

 

 

Premier opus d'une trilogie , ce roman entre SF et polar tire sa force d'une belle tirade sur la critique sociale.

Il sera inutile de rappeler que la différence engendre la méfiance qui elle-même engendre la peur, leitmotiv des gouvernements et arme de manipulation des masses.

Provoquer et maintenir un état de guerre larvée afin d'entretenir un sentiment d'insécurité.

Ça me rappelle vaguement quelque chose ...mais quoi ?

 

 

Loin d'être fan des trilogies, quadrilogies et autres tomes 40 et 72, je vais peut-être faire une entorse à mon règlement avec le tome 2 « Un monde meilleur ».

 

 

 

 

Published by l'oiseau livre - dans Made in USA Série noire
commenter cet article

Dans Quel État J'erre ...

  • : l'oiseau livre
  •  l'oiseau livre
  • : Du polar, du noir
  • Contact

victimes

un compteur pour votre site

Recherche