Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 15:09

 

 

Ainsi fut-il      Collection "L'embaumeur"                Paru chez "L'atelier Mosésu"

 

Quatrième de couverture:

Quand Luc est appelé auprès d'un châtelain milliardaire, il s'attend à une mission ordinaire. Il va vite s'apercevoir qu'à La Pillonerie, on meurt un peu trop souvent, et d'étranges manières. Le petit-fils du maître des lieux a été retrouvé écartelé par quatre chevaux, une pancarte portant l'inscription "Ravaillac" glissée autour du cou. Mort naturelle, selon le médecin de famille...

Une enquête où l'embaumeur exprime tout son art, entouré de personnages tous plus extravagants les uns que les autres.

 

 

 

 

 

 

Deuxième lecture de cet auteur et toujours autant de plaisir, ses ouvrages pourraient faire l'objet d'une prescription médicale contre de nombreux maux...(et mots !)

En attendant, acrostichons-nous  pour en apprendre davantage mais pas trop!

 

 

Anatomie d'un Abruti. Va y avoir du boulot pour qu'il soit présentable le gusse.

Incassable. Non, pas ici. Passe ton chemin Bruce .

Naturel. Lorsqu'on le chasse, il revient au ...galop. J'en connais un qui n'a plus d'organe. 

Sylvia, Sylvie, Sylvette,Sylvaine ou Sylvianne. 

Impressionnisme: peindre ses impressions plutôt que la réalité. Gilles-Gilles a badigeonné ...

 

Funérailles : Inoubliable cérémonie  durant "trentes secondes de minute de silence". La Comedia del arte en pays Nantais ...    

Un petit air à siffloter...

Tala tala, tala, tala tala tala, talatala...talalalala. Il ne m'a pas quitté, merci Hervé...

-

Info ou intox des montures ? indomptables créatures ? Il aurait fallu une armure...

Luc, vivement les prochaines sutures...

 

 

 

Pour vous mettre dans l'ambiance, j'ai comme une envie de passer par là : 

 

Pourquoi ?

-Parce que je l'ai longtemps fredonné et que je suis pour le PARTAGE !

 

-Parce que l'écriture de Hervé Sard est tout en musique mais pas n'importe laquelle, présentement ...

 

-Parce que ses mots sont des notes de musique. Quelques blanches, quelques croches  et de nombreuses noires, se bousculant, s'enchevêtrant, rebondissant avec fracas et richesse pour donner de belles phrases musicales. Le tout permettant à un scénario cauchemardesque de devenir vaudevillesque.

 

-Parce que ses phrases  s'enchaînent au rythme des titres de chapitres avec de croustillants et insolites personnages.

On imagine alors:

Un  ballet philo symphonique côté jardin, orchestré par un royaliste au grand coeur rouge.

Une mélodie ortho symphonique côté cour, menée par un bègue f... fo...for...forte...fortement bègue ( tiens, j'en ai déjà rencontré un dans "Morsaline") .

Un adagio au balcon, supervisé par des chevaliers dotés d'un QI d'huitre...Et bien d'autres personnages, acteurs malgré eux, dans cette macabre aventure.

 

 

-Et pour bien comprendre le pourquoi de tous ces "Parce que" , il faut lire

"Ainsi fut-il" ...  

 

 

 

Comme le dit si bien Anatole France "Caressez longuement votre phrase et elle finira par sourire". Hervé Sard semble avoir tout compris ( sourire) . 

 

Hervé Sard

     ( Hervé Sard en dédicace privée... )

 

 

      Petit dessin à l'encre

illustration-Ainsi-fut-il-

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dans Quel État J'erre ...

  • : l'oiseau livre
  •  l'oiseau livre
  • : Du polar, du noir
  • Contact

victimes

un compteur pour votre site

Recherche