Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 18:20

 

 

L'amour mort ou vif

Quatrième:

"Une maison aussi mystérieuse que monstrueusement composite, un mélange de styles Tudor et Colonial agrémenté de style "pièce montée victorienne". Une seule famille de quatre personnes pour en occuper les trent-deux pièces! L'aile nord, battue par les vents et les tempêtes, est inhabitable, si bien qu'il ne reste qu'une dizaine de pièces salubres. Ajoutons encore les affaires personnelles de Christine: une machine à coudre dont elle ne sait pas se servir, un manequin poussiéreux, une espèce de cadavre desséché, et surtout, une vieille malle de la dimension d'un cercueil qui ne la quitte jamais, et dont Michael s'interroge sur le contenu. Voilà qui est furieusement gothique ! Le sang ne tarde pas à couler quand, épouvantée par une nuée d'étourneaux, Christine tire sur les oiseaux avec un vieux fusil sorti de la mystérieuse malle. Bouillie sanglante: et l'on sent passer l'aile de la folie... Le ton est maintenant donné. Insidieusement, Richard Lortz nous entraîne dans la démence jusqu'à un point de non-retour. L'écriture baroque, qui ne manque pas de rappeler certains accents du grand Huysmans, ne contribue pas peu au charme envoûtant et décadent de ce roman à mi-chemin entre polar et fantastique". Jean-Pierre Deloux, Polar

 

 

 

Bon, il est certain que la jaquette n'a pas retenu toute mon attention... Le contenu mérite bien mieux . Un bon moment de lecture passé avec ce roman pas vraiment récent.  

 

Un huit-clos à la limite du fantastique et de la folie. 

La psychanalyse y tient une place prépondérante , l'amour aussi ...c'est peut être de cette alchimie que naît le fantastique.

Etrange roman qui peut sembler nous échapper si on n'accepte pas d'entrer dans la folie noire ou rouge, ça dépend...

Impression d'être cerné de "fantômes" libérés de temps en temps d'une fameuse malle. Même les enfants semblent être immatériels...Mystère des papillons , atmosphère pesante ou au contraire lègère mais toujours envoûtante. Le paradoxe semble s'inviter à chaque  page. L'ambivalence des sentiments aussi...Tourments et plaisirs se côtoient par réflexe. Hallucinations et réalité se confondent par habitude. 

 

"Quel bazar Bizarre"...


Partager cet article

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Made in USA
commenter cet article

commentaires

Dans Quel État J'erre ...

  • : l'oiseau livre
  •  l'oiseau livre
  • : Du polar, du noir
  • Contact

victimes

un compteur pour votre site

Recherche