Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 15:36

 

 La maison Nicolas Jaillet

Editions Rue du départ - Paru en juin 2013 -

 

"Les femmes plus âgées, celles qui ont la bague au doigt, ont gardé leurs distances. Elles ne gémissent pas, elles. Elles savent." (extrait)      

 

 

Le fait de ne pas avoir parlé de ce roman en 2013 ,après sa lecture, n'a rien à voir avec une forme de flémingite aigüe, ni un manque de temps car du temps, on en trouve toujours pour les bons romans. C'est uniquement par un besoin évident de ne pas se jeter sur la feuille pour écrire n'importe quoi.

Alors voilà, je me lance en tentant de ne pas déroger à ma règle du "pas n'importe quoi".

 

Je découvre Nicolas Jaillet et "sa maison" en 2013 en allant faire un tour sur PolarMania. Merci Hervé, pour cette belle découverte.  

La suite est une évidence. J'ouvre le livre et je deviens  "Le buveur d'encre". 

 

Ce bouquin n'a pas besoin de longs discours . Il est là et détient toute la puissance requise pour exister. Et il y a ces mots, si anodins lorsqu'ils sont seuls, si évidents dans ce roman. Prestidigitation

 

Un petit bijou qui, malgré le prénom de son héroine Martine, n'a rien à voir avec "Martine, petite maman" ou "Martine à la montagne". On est bien loin de l'image d'Epinal et de ses petites sauteries.

 

 

Envie de trouver des mots justes, de belles phrases. Mais après avoir lu la préface de Marcus Malte, je me sens toute petite.

 

Envie de lui donner des images, mais je ne trouve pas d'image à la hauteur. 

 

Envie d'en faire un dessin. Je l'ai dans la tête, là tout près mais il ne sort pas sur le papier tel que je le veux. 

 

Roman bouleversant, sobre, profond. Véritable petite cage d'acier où le lecteur se retrouve piégé sans y être inviter. 

L'angoisse y est Maîtresse de maison. La peur ne peut y devenir une Habitude. L'asservissement est loin d'y être Obsolète...

 

L'écriture de Nicolas Jaillet reste le moteur de cette histoire. Il écrit au présent, par l'intermédiaire d'un enfant devenu témoin de la vie et donne ainsi au lecteur la possibilité d'être en "Live" sans jamais s'en mêler.

Ecriture de l'instant, puissance des émotions. Puzzle dont chaque pièce, judicieusement placée au fur et à mesure, nous enseigne un petit bout de la vie. 

 

Les placards de la vie sont loin d'être anodins.

 

 

Gros coup de coeur pour un roman fabuleux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 23:00

 

Les visages écrasés

Editions du Seuil, collection Roman Noir, 2011

 

      Les visages écrasés

      Editions Points, format poche, 2012

 

 

Coup de coeur pour ce bouquin lu en 2013.

 

 

Carole Matthieu est médecin du travail dans un centre d'appel. Son quotidien ? Recevoir les salariés, les écouter, les soigner ou du moins tenter de le faire, car dans son monde, tout n'est que souffrance voire mise à mort de sa propre vie.

Le taureau est dans l'arène, faites entrer les toréadors.

 

Bienvenue au coeur des temps modernes où une préparation méticuleuse, une  organisation secrète à la surconsommation lancent les dés depuis bien longtemps.

Bienvenue dans le cercle des restructurations permanentes, des mises au placard à la mode de chez nous, du harcèlement parce qu'on le vaut bien, du management de haute voltige. 

Vous...n'avez...pas...atteint...les...objectifs...prévus...stop.

Burn out...burn out... On ne connaît que trop cette ritournelle.

 

 

Vous avez dit cancers ? Stress ? Angoisses ? Insomnies ? Accidents du travail ? Divorces ? Suicides ? C'est le prix à payer pour faire fonctionner l'économie.

 

 

Marin Ledun nous embarque dans l'enfer de ce médecin, réceptacle de toutes les souffrances rencontrées et accumulées sans prise de distance, sans filet. Juste en faisant son boulot. 

Maladies du corps, maladies de l'âme, les unes visibles, les autres pas. Les unes relevant du médecin du travail, les autres surtout pas. Ce qui se passe dans la tête ne doit pas entrer dans l'entreprise. Ne pas faire de vague , ne pas se suicider...ça pourrait nuire à la grande maison. Carole Matthieu ne l'accepte pas et refuse d'être celle qui ne prend que la température du corps. Elle classe, trie, accumule les expertises médicales pour en déceler la température psychique. Impuissance, colère.

Elle aurait pu faire comme les autres. Vivre à côté de la souffrance et l'oublier le soir, se contenter d'écouter les salariés sans y impliquer son corps et sa tête. Elle a choisi de tuer. 

 

 

Thriller "socio-économique", roman choc excellemment écrit, qui devrait être lu par tous les requins aux dents longues dont la vie n'est qu'un gigantesque management des autres. Ces autres qui subissent, étouffent et finissent par se passer la corde au cou.

 

 

 "Pour survivre depuis 150 ans, l'industrie s'est toujours attachée à organiser le travail. Et donc à trier les hommes avec soin. Une sorte de sélection sociale. Une procession morbide de fidèles, de soldats et d'esclaves. Chaque dieu, maître ou théoricien, a contribué à sa façon à la grande machine, à coups de miracles, de lois divines, de règles de fonctionnement, de découpages de tâches, de coups de bâton et de pointeuses." (extrait)

 

"Les morts ne sont jamais qu'une variable d'ajustement. Et tant mieux s'ils favorisent l'essor de l'industrie et si leur sang a coulé dans ses fondations - elles n'en seront que plus solides. " (extrait )

 

 

 

 

 

       Autres romans de l'auteur rencontrés ici:

 

Modus Operandi

 

 Modus operandi

 

zone Est

 

Zone Est

 

 

 

Marketing viral

Marketing viral

 

 

       19 mars 2014: Un article de Marin Ledun dans Libé des écrivains

"Orange: les morts pour le dire" .

 

 

 

 

 

 

Repost 0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 10:00

 

Pour ceux qui aiment les marque-pages.

 

immeuble 001

En cliquant sur les liens, vous  accédez directement à mon blog peinture où quelques  marque-pages  sont présentés.

Ils viennent de partir à l'impression. 

Pour plus d'infos , vous pouvez me contacter. 

 

Marque-pages 2014 Acte 1

Marque-pages 2014 Acte 2

 


Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans marque-pages
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 18:38

 

 

 les-400-coups-de-ciseaux

 

Pour celles et ceux qui ne se sont pas jetés dessus à sa sortie le 21 mars 2013, le voici à présent en format poche chez POINTS.

Sortie JEUDI 13 MARS 2014.

 

 

 

 

 

 

Il y a tout juste 8 mois , j'en parlais ici .

400-coups-de-ciseaux-

 

 

 

Action-suspense en parle aussi très bien  !    

 


 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Thierry Jonquet
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 14:25

 

 

marketing viral marin

   Editions Au diable Vauvert 2008 

 

      Marketing viral Format poche 2009

 

 

Après avoir lu "Zone Est" en 2012,  je décide en 2013 de  refaire une immersion dans les nanotechnologies et autres vilaines bêtes.

 

Nathan est chercheur à l'université de Grenoble. Entouré d'étudiants l'accompagnant dans ses recherches sur la sexualité, il se retrouve face à un curieux laboratoire sauvagement bien gardé, où Nanotechnologies et Génétique sont les maîtres mots. Les objectifs ultra secrets de ce labo sont clairs:  manipulation de l'Homme, contrôle total de son corps et de son esprit par le biais d'expérimentations dignes du troisième Reich.

 

La plume de Marin Ledun est sans concession, directe et incisive. Les chapitres se succèdent , rythmés par l'histoire de Jézabel...bien loin de celle des Bisounours. 

 

Dès les premières pages, nous savons que nous ne lisons pas du fantastique. Nous sommes ces hommes et ces femmes, emprisonnés dans le tombeau des savants fous, des dictateurs du bistouri, des fêlés de la puce électronique. 

 

A travers ce thriller "biotechnologique", Marin Ledun aborde un sujet de société  "les nano et bio technologies" faisant débat depuis plusieurs années dans le milieu scientifique pour être peu à peu médiatisé alors que des nanoproduits sont déjà largement fabriqués et diffusés dans le monde (produits cosmétiques, peinture, vernis d'ameublement , j'en passe...).

Les enjeux et les risques induits par la présence de matériaux ou autres substances nanotechnologiques inquiètent en toute légitimité : Toxicité, possibilité pour les nanomachines de se reproduire entre elles en mimant le vivant, perte de contrôle, mutations non prévues , autonomie de ces nanoparticules échappant peu à peu au contrôle de l'homme.

Bien triste scénario construit par des apprentis sorciers jouant avec la boîte de Pandore.

 

nano    

 

 

 

 

Pour parvenir à ses fins toujours plus machiavéliques , la société du lobbing tyrannise le commun des mortels à coup de marketing géant !

Après le marketing géant , en route vers le Marketing Viral. Manipulations génétiques, expérimentations en tout genre, implantation de nanovirus de première, deuxième, troisième générations... afin que chacun devienne le propre "marketing" de l'autre...au prix de sa souffrance et de sa vie. 

Un excellent roman de Marin !

 

 

 

 

 

 

 

 Autres romans de l'auteur rencontrés ici:

 

Modus Operandi

 

 Modus operandi

 

zone Est

 Zone Est

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 16:36

 

 

Rennes, ici Rennes !          Rennes ici Rennes

 

Combien de fois ai-je entendu cette annonce en gare de Rennes ? A l'époque, pas de co-voiturage, juste le train  ou le pouce pour faire du stop. Le lundi et le vendredi, le pouce fonctionnait bien , le dimanche, c'était le train...

C'est peut-être pour cette raison que ce livre a retenu mon attention. Allez savoir.

Lu en 2013, à sa sortie, "Rennes, ici Rennes" est un recueil de nouvelles noires paru aux éditions Critic.

Dix auteurs, dix nouvelles, un collectif  répondant au doux nom de "Calibre 35". Collectif rennais, à l'origine de cet ouvrage réunissant plumes confirmées et prometteuses autour d'un unique projet : mettre en scène cette région et permettre à de nouveaux talents de se faire connaître. C'est chose faite.

Recueil à contraintes où "Rennes, ici Rennes" chante sa ritournelle au début de chaque nouvelle.

Caryl Férey y a laissé son empreinte en préfaçant l'ouvrage, n'hésitant pas à soulever la poussière des années 90.

 

Dix nouvelles aux contraintes respectées.

 

 

Arrêt sur images pour 5 d'entre elles.

 

Les errements d'Hippocrate 

 

Hell arrive en gare de Rennes, peu d'argent en poche. Ell doit bosser. Venant de soutenir sa thèse en pneumologie, elle peut dès à présent chercher un remplacement. Direction Ponchaillou où elle est embauchée. 

Elle fait la connaissance de Comparsita, flic à la retraite atteint d'un cancer en phase terminale.

Les coeurs s'emballent, les morts s'enchaînent.

Fin de vie pour les uns, fin des haricots pour les autres...

Faut pas jouer avec Hippocrate et ses apôtres.

 

 

Auteur:

Yves Tanguy, né en 66, est auteur de deux précédents romans "Chonzac" (2010) et "Les trois singes" (2011).  Il semble aussi être l'inventeur du Miamm (dont vous apprécierez la recette page 118) mais ça c'est une autre histoire.

 

 

Savoir et savoir

 

Un ex taulard, trois petits vieux, un contrat, une belle embrouille pour un nouveau départ ? ça reste à voir ou à savoir...

 

 

Auteur:

Nouvelle d'Hervé Commère, né en 74, installé à Rennes en 2006 où il commence à écrire.

Pas de recette de cuisine fétiche le concernant mais une phrase :

"Le polar est au coin de la rue" ... Il n'a pas tort. 

Auteur de "J'attraperai ta mort" (2006), "Des ronds dans l'eau" (2011) et "Le deuxième homme" (2012).

 

 

Autofiction

 

Par manque d'inspiration pour écrire la suite de sa nouvelle noire, le neveu de tatie Solange se rend à la gare de Rennes pour tenter de repérer et suivre une fille dont le physique collerait le mieux à son héroïne.

Oui mais voilà, si le neveu de tatie Solange veut obtenir une certaine autosatisfaction sur son autofiction, quelques automatismes s'imposent , un peu d'autodérision  et sans doute  un brin d'autogestion sinon gare à l'autodestruction...    

 

 

Auteur:

Claude Bathany, né en 62, s'installe à Rennes à l'aube du troisième millénaire. Il semblerait qu'il aime jouer de la guitare et dessiner des vaches. 

Romans pour adultes : "Last exit to Brest" (2007) , "Country Blues" (2010) . Romans jeunesse : "Princesse de Brocéliande" (2011), "La princesse qui chantait comme une casserole" (2011), "Pirates des sept mers" (2012), "Cinq histoires de chevaliers de la table ronde" (2013).

 

 

Rennes, gueule ouverte

 

Une histoire de poules, de nettoyeur timbré, de timbres sur enveloppes, d'enveloppes de fric, de fric ensanglanté. Le tout servi par une belle plume incisive. 

 

 

Auteur:

Stéphane Grangier, né en 1968 à Quimper, a publié deux recueils de nouvelles noires "La vengeance du dindon farci" (2009) et "Droit vers le soleil" (2012) aux éditions de la Rue nantaise.

 

 

Et  ma p'tite préférée:  Chasse aux vieux 

 

Robert Saggin est un quadra bien dans ses baskets. Il a quitté Rennes il y a 15 ans. Retour aux sources afin de se pencher sur une affaire particulière qui ne semble pas intéresser grand monde. Son ami et élu communiste a trouvé la mort, heurté par un "putain de camion". 

Au travers des chapitres, Frédéric Paulin accorde peu de répis à son personnage muni d'une bonne pompe à sang. 

Souffle, endurance et méninges rythment les chapitres jusqu'à ce que l'étau se resserre. 

Où commence la vieillesse ? Où se termine la jeunesse ? 

Tout est dans le regard de l'autre. 

 

 

Auteur:

"Individu" fort sympathique, Frédéric Paulin vit à Rennes depuis de nombreuses années. Où, soit dit en passant, il a écumé  tous les bars durant de très , très longues années d'études.

Il est auteur de polars historiques ou contemporains "La grande déglingue" (2009), "La dignité des psychopathes" (2010), "Rappelez-vous ce qui est arrivé aux dinosaures" (2011) chroniqué ici prochainement, "Les pendus du Val sans retour" (2012), "Pour une dent, toute la gueule" (2012) et son dernier , selectionné pour le prix Paul Féval,  "La grande peur du petit blanc" (2013).

 

 

 

 

Vous pourrez aussi apprécier: 

 

-"Nuit de Braise" de David S.Khara. Auteur de plusieurs romans : "Les vestiges de l'Aube" (2010), "Le projet Shiro" (2011), "Le projet Morgenstern" (2013) et "Le projet Bleiberg" (2010) faisant partie de ma délicieuse et non moins monstrueuse pile à lire .

 

-"Rive droite" de Franck Darcel .

Ses précédents romans: "Le dériveur" (2005) , "L'ennemi de la chance" (2007), "Voici mon sang" (2011).

 

-"Des cendres à Monfort"  de Valérie Lys, auteure de "Echec au fou" (2011), "Confessions rennaises" (2012) et "Grise mine à Fougères" (2013).

 

-"Le complot"  d' Eric Wietzel , auteur de nombreux romans : "karma girl" (2000), "Les mirages d'Elamia" (2005), "La forteresse des secrets" (2006), "La mère des tourments" (2007), "Les dragons de la cité rouge" (2009), "Ne cherche pas à savoir" (2010), "La porte des limbes" (1997 et suite en 2013).

 

-"Ad Rennes Aline"  de Léonard Taokao, auteur de deux précedents romans: "Carabistouilles fiction" (2010) et "Mauvaise herbe" (2012).

 

 

 

 

 

 

Repost 0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 16:15

 

Cocoon est parmi nous ! C'est le crépuscule des vieux !

Quoiqu'il advienne de notre carcasse, on y arrivera tous un jour. Ayons juste le loisir de choisir notre destin parmi ces nouvelles noires  à l'humour "seniorial" !

 

 Le festival des cannes

 

"Un nouveau départ"  où ça s'en va et ça revient , ça repart main dans la main .

 

"Forget me not"  aurait pu être une chanson et bien non. On n'a pas vraiment envie de chanter. Immersion dans la tête de Le Tallec, 82 ans, pensionnaire des "Myosotis" ou ça ne sent pas bon la p'tite fleur des champs. Il s'en passe des choses.

 

"Les anges"   existent-ils? Coma, dur retour à la réalité façon gueule de bois, résurrection ? Bah, y a qu'à le demander aux anges.

 

"L'anniversaire"   ne pourra pas être fêté aujourd'hui. Allez on rentre !

 

"Coupez"  est malheureusement l'opposé de "Silence , on tourne" .  

Un comédien qui alimente la presse nauséabonde, une malédiction sur les mâles d'une certaine famille de la région. Lorsque L'ankou, ange de la mort décide de jouer avec tout ce p'tit monde, ce n'est plus du cinéma. Hein Job !

 

"Putain de croisière".    Pas de "Je vole Jack , je vole ! " , pas d'icerberg digne de ce nom à l'horizon.

Il aurait peut être mieux valu que ce soit le cas.

 

Mention spéciale pour "La grange" .

Tous les hommes se ressemblent  POINT

 

"Tirage gagnant"   ou pas, ça permet de faire le point sur sa vie passée ou d'envisager son existence future. Jojo a fait son choix.

 

"Emile et Louise"    , le chien d' Emile, les voisins du chien, le gâteau de Louise... La vengeance est un plat qui se mange froid.

 

"Je hais les vieux dans les files d'attente"     (sauf ma grand-mère parce que non, elle n'était pas comme ça !)

"Description humoristico- senioriale". Un bel hommage  à toutes les pauvres files d'attente du monde . Acceptez toutes mes excuses, j'ai adoré.

 

 

"Le senior râle" .    Ah oui ? ben fallait pas l'obliger à vivre ici .

 

 

 

Courtes nouvelles, écriture fluide sans temps mort ni regret !  Pas de détails ou descriptions inutiles et beaucoup de légèreté. Humour sarcastique pour certains personnages, incompréhension de l'existence pour d'autres. De l'humour noir (et blanc) à la pelle, de bonnes chutes au sens propre comme au figuré. Bref, on ne badine pas avec les seniors.

Merci "tonton Maurice" pour ce bon moment de lecture.

 

 

 

 

 

Michel Dréan est né en 1963 dans le Morbihan. Originaire de Guéméné/Scorff, il vit actuellement dans la région Lorientaise.

Auteur de romans policiers, son avant dernier polar "La lune dans le kenavo" a obtenu la mention spéciale du jury du prix "La plume de cristal" dans le cadre du festival international du film policier de liège en 2009. 

Le festival des cannes est paru en 2012 aux éditions Chemin Faisant, collection Hermine Noire.

 Une chronique de ses romans ici  "Action suspense"  

Lien vers la liste de ses ouvrages ICI

Repost 0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 21:51

 

 

Vous ne trouverez pas aujourd'hui : 

Ma liste de polars lus dans l'année

Ma liste de coups de coeur

Ma liste de "pas de coup de coeur"

Ma liste de belles découvertes (ou pas)

Ma liste de courses pour la semaine, 

Ma liste de coups de boule

Ma liste de ...

Pourquoi ?

Parce qu'il me reste des polars lus en 2013  ...toujours pas chroniqués...

Je parlerai donc de mes p'tits préférés 2013, courant 2014 parce que mathématiquement, c'est possible . 

Cossarde et un tantinet  paresseuse je suis , 2014 n'a qu à bien se tenir , ce n'est pas prêt de changer.

               

En attendant voici pour vous, qui passez de temps en temps par ici !

 

2014    

 

 

Merci à vous !

 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Divers
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 10:27

 

Sous le signe de belles rencontres

 

-noir sur la ville 2013

 

 Comme chaque année une jeune photographe m'accompagne. Les photos sont prises au gré de ses fantaisies . Tout commence ici.


Echauffements sur le parking.

 parking

 

 

      Samedi :

-Autopsie du décor-

 

 

Le panneau d'accueil est toujours aussi attrayant ...


panneau

 

 

 

et nous livre, au passage, quelques clichés hétéroclites sur le verre de Briac .

 

le-verre-de-briac-1

le-verre-de-briac-2

 

 

L'un des deux trombinoscopes  nous fait un clin d'oeil.

      "Entrez dans la noirceur braves gens..."

trombi

 

 

 Poursuite des investigations, passage de la seconde porte...

 

Toutes ces photos témoignent des nombreux voyages effectués par le fameux verre de Briac . Il a accepté, le temps d'un été, de devenir "fil rouge pour lecture noire".

Vous pouvez voir ou revoir le portfolio sur  le site de la fureur du noir.

 

le-verre-de-briac

 

 

 

-Autopsie de la chambre froide-

 

 

Je retrouve avec plaisir:

Les "Fondu au noir". Soit dit en passant, le dernier numéro de L'indic est excellent. Petite pause à faire page 32, on y trouve un verdict sur  "Les 400 coups de ciseaux" de Thierry Jonquet. Humm...  j'adore ce genre de verdict et suis heureuse de constater qu'on parle de Jonquet dans les meilleures revues noires. 

L'indic

 

 

L'association 813 et leur revue du même nom .

Je repars avec ces deux là...  Dossier Jim Thompson Nos 100 polars préférés 

 

...et  le souvenir d'une rencontre avec Hervé Delouche, président de 813 (cf Autopsie d'une rencontre).

 

 

 

Un grand bonjour  à La Noiraude . Toujours un plaisir de tailler une bavette avec ses acolytes et de rapporter un petit quelque chose. 

Par la racine Dernier recueil de nouvelles, issu du concours de nouvelles noires organisé par la Fureur et La Noiraude. 

 

 

 

-Relevé d'ADN, les yeux dans les yeux-     

 

Il manque de nombreux auteurs sur les clichés. Pardonnez la photographe, ce n'est pas toujours facile de jouer du coude dans une foule de polardeux. Elle parvient cependant à se glisser entre 2 coudes, 3 bras, 4 épaules. Patience et persévérance sont ses atouts !

 

 

Caryl Férey et son chamallow

noir sur la vile

 Caryl FereyCaryl

D'amour et dope fraîche 

 

 

 

 

Sébastien Gendron (surpris à manger les chamallows décoratifs avec Hervé Claude...Bon, ça c'est dit...) .

Rencontre fort sympathique avec cet auteur, découvert  dans le recueil  "Les auteurs du noir face à la différence".

 

Noir sur la ville

 Sébastien-GendronSébastien Gendron

       Taxi take off and landing  Zeus

 

 

 

Tito Topin

 

Noir sur la ville

Tito-TopinTiti Topin

 Libyan exodus

 

 

Marie Vindy 

Noir sur la ville

 Marie-Vindy.Marie Vindy

 Nevermind

Message personnel: "Fred, si tu m'entends, je n'ai pas ton empreinte  ADN sur Nevermind ...  

 

 

 

Marie Neuzer 

Noir sur la ville 

Marie NeuzerMarie-NeuzerUn petit jouet mécanique

 

 

 

 

Pierre Hanot (traducteur "particulier" de Carlos Salem), découvert grâce à Claude Le Nocher .(cf -Autopsie d'une rencontre-) 

Noir sur la ville

Pierre-Hanot

Les clous du fakir  Je te dirai ce que j'en pense Claude !

 

 

 

 

Et pour terminer la journée du samedi en beauté,  abricot sur le gâteau : Nouvelle rencontre avec Hervé Sard dont le dernier roman "Le crépuscule des gueux" est réédité  aux éditions "Après la lune". 

le crépuscule des gueux Belle jaquette pour fabuleux roman.


Noir sur la ville

 Herve-Sard Hervé Sard

Mat à mort La mélodie des cendres 

 

 


 

 

Dimanche:

-Autopsies sans cliché (censuré)  -

 

 

 

Un arrêt chez Elsa Marpeau pour Les yeux des morts 

Petit éloge des brunes Après avoir lu  "Petit éloge de l'excès" de Caryl Férey il y a quelques années, je me dirige vers "Petit éloge des brunes". Cool ça me parle aussi. Merci Elsa pour la charmante dédicace d'une brune à une brune.

 

 

 

Une visite chez Carlos Salem pour dévorer un jambon...  un jambon calibre 45  et  m'imprégner, à nouveau, des fabuleuses traductions de Pierre Hanot.

 

 

 

Sympathique discussion avec Frédéric Paulin, découvert dans "Rennes ici Rennes" et dont j'avais apprécié la nouvelle "Chasse aux vieux". 

Rappelez vous ce qui est arrivé aux dinosaures   Hâte de savoir "ce qui est arrivé aux dinosaures", sachant ce qu'il est arrivé aux vieux...

 

 

 

 

Pour terminer

 

-Autopsie d'une, deux, trois... rencontres-

 

 

-Rencontre-émotion avec Hervé Delouche qui a si bien préfacé "Les 400 coups de ciseaux". Difficile pour moi d'être face à celui qui parle si bien de Thierry Jonquet. Rencontre "je perds les pédales mais je gère". 

 

 

-Reality-Rencontre et claquage de bises avec Claude Le Nocher, patron de "Action-suspense", un blog que j'affectionne particulièrement. S'ensuit un véritable échange plaisant et riche, qui dure un temps certain. 

Une rencontre-plaisir qui ne peut que renforcer nos "virtuels échanges épistolaires" !

Merci Hervé (Sard) pour ta description du profil du supect Claude. Grâce à tes indices, le repérage et le filage ont été plus aisés. 

 

 

-Touchante rencontre... Lorsque deux passionnées se croisent pour la première fois...  Emotions, échanges, anecdotes... Pourtant il fait froid dehors, là où on parle, mais on ne le sent même pas.

C'est arrivé dimanche, ça causait Jonquet, polars, noir, jamais gris , encore Jonquet et  d'autres encore, noir, jamais blanc. C'était avec Anne, merci Anne, c'était cool, on remet ça quand tu veux. 

 

 

 

Point de vue du légiste:

Encore un Noir sur la ville à découper au scalpel. Du plaisir sur trois jours, de la frustration aussi, celle de ne pas avoir pu autopsier des auteurs tels que Sophie Loubière, Olivier Truc, Denis Flageul, Sam Millar, Dominique Manotti, Patrick Raynal, quelques bédéistes... Rendez-vous est  pris pour 2014, peut-être certains d'entre eux  nous feront-ils l'honneur de passer par là.

 

 

 

 

 Bêtisier de la photographe

 

-Autopsie de l'insolite-


insolite-4insolite-5insoliteinsolite-1insolite-3pause-ds-les-lampions insolite-2pause-café-7pause-café-6pause-café-5pause-café-4pause-café-3pause-café-2pause-cafépause-café-8IMGP5208oeil-de-la-photographenoirverre-3

Ce n'est pas le verre de Briac mais il est beau.


 

 

 

 

De belles photos du festival à voir sur le site de la fureur.

 

Une chronique sympathique sur Action-suspense    


Repost 0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 00:59

Je vous le livre à chaud sans grand discours...

Vu ce soir en avant première pour l'ouverture du festival Noir sur la ville .

 

ET Quelle ouverture .... terrifiante de réalisme...

 

Je lis Zulu en 2011, je prends une claque. Je vois Zulu en 2013, je prends un coup de boule... On n'est pas chez les Bisounours, bienvenue chez les bad boys.

 

Mention spéciale à Orlando Bloom et Forest Whitaker et tous les sud- africains anonymes. 

 

 

zulu-

 

 

SORTIE EN SALLE LE 4 DECEMBRE.  Il ne faut pas avoir poney ce jour-là. 

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans A l'écran Caryl Férey
commenter cet article

Dans Quel État J'erre ...

  • : l'oiseau livre
  •  l'oiseau livre
  • : Du polar, du noir
  • Contact

victimes

un compteur pour votre site

Recherche