Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 15:14

 

Têtes d'affiche affichées

 

 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images

 

 

 

Des trésors exposés

 

 

 

J'ai fait une fixette sur cette bière ...

 

 

 

 

 

2004, 2006, années fétiches, allez savoir pourquoi. Certains le savent, d'autres pas.

 

 

Tati Mouzo et Didier Lange

 

 

 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images

Des clins d'oeil au passage

 

 Noir sur la Ville 2016 en images
 Noir sur la Ville 2016 en images

 

Quelques auteurs

 

Anne-Céline Dartevel et Marc Villard

 

Alain Emery

 

Jérôme Leroy et Benoît Séverac

 

Caryl Férey

 

Christian Roux

 

Hervé Le Corre

 

Jérôme Leroy et Benoît Séverac

 

Franck Bouysse

 

Jérôme Leroy et Tim Willocks en pleine partie d'échecs .

Benoît Séverac et Alain Emery.

 

 

 

Un beau weekend, de belles rencontres et retrouvailles, un monde fou donc peu de photos mais une fois de plus de beaux souvenirs à Lamballe avec Noir sur la Ville, le festival sans lequel l'automne serait bien tristounet. 

 

 

Repost 0
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 18:04
Editions La table ronde 2009

Editions La table ronde 2009

 

 

Premier roman noir de Jérôme Leroy paru en 1997 aux éditions du Rocher et réédité en 2009 à La table ronde.

Roman noir en deux parties : le présent en conflit avec le passé. Ou peut-être l'inverse ou peut-être seulement une suite logique. Celle d'un homme, à la fin du 20ème siècle, abruti par les antidépresseurs, les anxiolytiques , l'alcool. Mort-vivant parmi les vivants, prof de son état, obéissant à des réflexes séculaires pour survivre.

Un homme en sursis dans un pays qui va mal, qui étouffe et se révolte. Un homme, détenteur d'un terrible secret, celui de sa vie , de ses actes passés.

Redécouvrir l'amour ou du moins l'envie de vivre et oublier ce qui a fait de lui ce qu'il est.

Accepter l'inacceptable en espérant que les démons du passé lui accordent un peu de répit.

Se rappeler que la manipulation est de mise dans une société vérolée.

 

On est loin de la fiction, bienvenue dans notre réalité.

 

« -Tu es au courant de ce qui se passe cette nuit, Aurore ? Je ne parle pas de nous deux, je te parle de dehors, ce ne sont plus les émeutes qui durent depuis des mois. C'est une révolte écrasée dans le sang. Comme ça, à tous les échelons, des gens comme ton mari auront le beurre et l'argent du beurre. On prendra prétexte d'une situation insurrectionnelle pour adopter des mesures d'exception... Le rêve, pour un capitaliste : l'ultra-libéralisme économique et l'autoritarisme politique. Et tu verras que ça va passer comme une lettre à la poste : la moitié de ce pays est virtuellement exclue, l'autre a peur de passer du mauvais côté de la barrière. Alors ils vont filer droit, bien droit. On leur expliquera qu'on ne peut pas faire autrement au journal de vingt heures. »

 

 

 

 

La seconde partie nous dévoile le grand secret, le drame et ses raisons. Le déclin d'un homme aveuglé par l'amour. Un amour, cette femme, qui s'éloigne, qui a soif d'argent, de sexe, de puissance et qui migre vers les hautes sphères politico-financières. Un amour qu'il tente de sauver et lui procure un aller simple pour l'enfer « bleu ».

 

Du style , une histoire  et des personnages. La laideur de nos dirigeants, l'ordre social. Tout est là.

Un excellent roman noir très réaliste où le pouvoir corrompu est impitoyable et ...pitoyable.

 

Coup de cœur.

 

 

 

Monnaie bleue - Jérôme Leroy - Roman noir
Repost 0
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 16:44
Big Sister - Jérôme Leroy -

Editions Mille et une nuits

2004

La terre n'est plus qu'une masse polluée. Les tempêtes s'enchaînent laissant sur leur passage des milliers de morts. L'air est saturé de particules toxiques, les océans sont devenus de gigantesques aquariums huileux privés de vie.

Ainsi va le monde de Big Sister. Un monde en sursis où les individus sont maintenus dans un état de peur, favorable à la prospérité d'un état sécuritaire. Un monde sous le dictat de la consommation à outrance, de l'argent roi...Monde d'illusion.

 

Contrôles incessants, écrans de surveillance, résidences ultra protégées où s'entassent des hommes pensant être en sécurité et acceptant que le virtuel dicte leur plaisir ... Prestidigitation technologique.

 

Quartiers laissés à l'abandon où fleurissent des groupuscules extrémistes, des écoterroristes qui tentent de lutter contre le pouvoir. Un pouvoir qui se nomme Big Sister , un super- ordinateur à la voix chaude et sensuelle , l'oeil de Judas d'une société en perdition .

Big Sister sait tout, voit tout et agit par le biais de ses brigades d'intervention maîtrisant armes et violence bien mieux que l'encyclopédie. Des « chirurgiens » liquidateurs de cibles fichées, répertoriées et classées selon une échelle de nuisance potentielle.

 

Parmi ces cibles, François Kieffer et Céline Loup , deux individus s'opposant à cette machine et refusant de se plier à ses règles. Le jeu du chat et de la souris est en marche. La fin de la partie risque d'être sanglante.

 

Une fois n'est pas coutume. Jérôme Leroy nous entraîne dans un univers gangrené, non sans nous rappeler avec justesse que nous y allons à grands pas et coups de triques. Une société pas tellement éloignée de la nôtre qui ne demande qu'à éclore si nous lui en laissons l'opportunité.

Georges Orwell a fait naître Big Brother, Jérôme Leroy sa grande sœur .

Belle piqûre de rappel.

 

 

 

 

Du même auteur ici :

 

 

Le bloc

Big Sister - Jérôme Leroy -
Big Sister - Jérôme Leroy -
Big Sister - Jérôme Leroy -
Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Made in France Jérôme Leroy
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 18:12

 

La joyeuse équipe des équarrisseurs de la Noiraude a désossé avec brio l'auteur accueilli en ce jeudi 7 mars...

 

 

les équarisseurs

 

 

 

 

 

La pluie est au rendez-vous, une pluie froide, humide, toute mouillue et mouillante.

Alors que deux traces rouges sang s'agitent au delà des carreaux nous faisant perdre nos repères, nous décidons de quitter la voiture et d'affronter les éléments. 

 

 

Il faut être couillu pour aller à la rencontre de Jérôme Leroy...

                                       ambiance-a-la-pluie 1.1

 

 

 

 

Grâce à la Noirceur de la nuit nous  nous  perdons  dans un dédale de petits chemins gadouilleux et  apercevons enfin l'antre de la Noiraude . 

médiathèque de Pordic  

 

 

 

Dès son arrivée et avant séchage complet , la photographe décide de prendre ses repères ...

 

On est jamais trop prudent ... 

médiathèque pordic  

reperage sortie car ça peut tjrs servir surtout avec ça -

 

 

 

...car d'étranges phénomènes semblent en effet se dérouler. 

Des points obscurs sont de suite repérés par la photographe ...

point strategique 2

Le spot  de l'apocalypse  ...                                          

"Nous avons les moyens de vous faire parler !"

 

 

 

...en concurrence directe avec le lampion terrestre  

plié par la douleur ...    

point strategique 3

 

 

 

 

 

C'est alors qu'une ombre furtive  lui rappelle qu'on ne badine pas avec l'électricité...

 

point strategique 1 car il se passe de s choses bizarres

 

 

...osant même se poser parmi le public lors d'une lecture...                                            

...démoniaque...

 

ambiance-ca fait peur

 

 

 

 

 

Mais notre jeune reporter a plus d'un tour dans son sac pour prendre ses marques et nous annoncer la suite des réjouissances !

 

 

Des chaises qui n'attendent que nous ?

fauteuils 2

 

 

 

 

Deux assises ressemblant étrangement à des fauteuils Voltaire...

fauteuils

 

 

 

 

 

Une ancienne machine à écrire attend patiemment des doigts  motivés qui imagineront  sans aucun doute le polar du siècle. Un bien bel objet à manipuler avec amour !

 

L'ambiance est polardesque et feutrée ...

 

 ambiance- feutree 2

ambiance-feutree 1

ambiance-feutree 3

 

 

 

mais,  pas que ....

 

 

...car l'équipe de la Noiraude n'a pas son pareil pour créer une ambiance chaleureuse et conviviale afin de  célébrer comme il se doit la venue de Jérôme Leroy !

 

ambiance-mais-pas-que

 

 

 

 

En parlant de Jérôme ...

... discret, prêt à se faire désosser en bonne et due forme par nos équarrisseurs...

j-leroy

 

 

 

 

 

 

Début des hostilités, avec un  texte plein d'humour résumant parfaitement , semble t-il , le parcours d'écrivain de jérôme Leroy, qui se définit lui-même écrivain/saboteur...

 

Une bonne entrée en matière . 

 

présentation

 

 

Jérôme est attentif ...

insolite-3

 

 

 

 

 

Les équarrisseurs se lancent alors dans la lecture de nouvelles   écrites par Jérôme Leroy.

 

 

 

"Le déclenchement muet des opérations cannibales" 

 lecture-4-bis

 

 

 

 

"L'insomnie de 5h13" 

lecture-3

Notons ici la présence d'un équarrisseur particulier, prêcheur sur chaire à ses heures perdues (et non pas pêcheur de chair dans un monde perdu...)

 

 

 

 

"Le fabuleux destin de Virginie Moulin"

lecture

 

 

 

Les deux premières nouvelles sont issues du recueil  

"Comme un fauteuil Voltaire dans une bibliothèque en ruine"

paru aux éditions mille et une nuit .

.Comme un fauteuil Voltaire...

 

La troisième est issue de "Quelque chose de merveilleux" paru aux éditions du Rocher. 

Quelque-Chose-De-Merveilleux-

 

 

 

 

 

 

Discussion fort intéressante avec Jérôme Leroy  à la suite des différentes lectures.

N'ayant absolument rien noté, je vais tenté de faire appel à ma mémoire d'une semaine pour vous jeter ( en vrac) ce que j'ai retenu...

 

 

-A- Jérôme aime: 

 

1 -Parler de la fin D'un monde et non pas la fin Du monde !

Y a pas que l'apocalypse dans la vie !

 

2 -Garder une certaine liberté face aux objets technologiques... 

 

3 -Les longs titres (dont il nous parle avec beaucoup d'humour et quelques anecdotes).

 

4 -Le vin plutôt que la bière

 

5 -Sa région 

 

6 -Ses reporters-photographes attitrés 

 

7 -Utiliser le "Je" pour mettre en scène ses personnages .

Il le  fait d'ailleurs avec brio dans "La grande môme" et "Le bloc" .

Chose relativement peu aisée que de se mettre dans la peau d'une jeune fille de 17 ans ou encore dans celle d'un fasciste...

Respects Mr Leroy !

 

 

-B- Il n'aime pas: 

 

1 - Aborder dans son oeuvre un sujet de société  sans se mouiller... d'où l'utilisation des deux premières personnes du singulier dans certains de ses écrits. (cf 7 de A)

 

2 -Etre gentil ( là, il y a erreur, humour ou mensonge ...)

 

3 -Etre toujours disponible et dépendre des technologies modernes dans une société du "tout, tout de suite" et du "rien, plus tard".

 (cf 2de A)

 

4 - La censure  !

 

5- L'obligation de répondre à une contrainte dans son oeuvre.

(cf 2 de B car en fait il lui arrive de répondre à une contrainte si elle ne lui apparaît pas comme une vilaine mais gentille contrainte.En fait Jérôme est un gentil qui s'ignore!)

 

6 - Certains mots:  impacter, géolocalisation ... et certaines expressions : " je reviens vers vous" ...

Il n'a pas tort pour cette dernière. Dans une expo,lorsqu'on me dit "Je reviens vers vous",  "JE" ne revient jamais. On doit côtoyer les mêmes "JE" lui et moi.

 

 

 

 

 

 séance de dédicaces...

 

jerome

 ded-jerome

C'est pour moi, c'est pour moi !

 

 

 

...et la présence de quelques célébrités s'il vous plaît !

 

Saluons donc au passage Hervé Sard un auteur que j'affectionne particulièrement et que je suis ravie de revoir en ce 7 mars 2013 !

 

ded-2

 

 

 

 

 

 

Tout ceci n'aurait pu avoir lieu sans notre vache préférée, la  Noiraude, qui ne sera jamais un cheval !

Nous n'avons aucun doute sur ce fait  car notre jeune reporter l'a immortalisée.

 

noiraude par làpar ci

      Elle gambade par ci .......       Elle gambade par là ....

 

 

 

plane au dessus du monde qui se tient à carreau

C'est qu'elle aime ça, le NOIR !  

 

 

 

 

Merci la noiraude d'avoir plané au dessus de nos têtes pour veiller au bon déroulement de la soirée.

 

Merci les équarrisseurs d'avoir désossé Jérôme Leroy, de l'avoir "contraint" sans jamais le forcer...

 

 

Merci Jérôme pour ta présence, ton franc-parler et ....

ta gentillesse légendaire !      

 

 

Et enfin merci Lili pour tous ces moments que tu as su immortaliser avec sérieux et ...humour .  

 

 

                         

Repost 0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 17:14

       Le bloc

 

Quatrième de couverture:

Sur fond d'émeutes de plus en plus incontrôlables dans les banlieues, le Bloc Patriotique, un parti d'extrême droite, s'apprête à entrer au gouvernement.

La nuit où tout se négocie, deux hommes, Antoine et Stanko, se souviennent.

Antoine est le mari d'Agnès Dorgelles, la présidente du Bloc. Stanko est le chef du service d'ordre du parti. Le premier attend dans le salon d'un appartement luxueux, le second dans la chambre d'un hôtel minable. 

Pendant un quart de siècle, ils ont été comme des frères. Pendant un quart de siècle, ils ont participé à toutes les manips qui ont amené le Bloc Patriotique aux portes du pouvoir. Pendant un quart de siècle, ils n'ont reculé devant rien. Ensemble,ils ont connu la violence, traversé des tragédies, vécus dans le secret et la haine. Le pire, c'est qu'ils ont aimé cela et qu'ils ne regrettent rien. Ils sont maudits et ils le savent.

Au matin, l'un des deux devra mourir, au nom de l'intérêt supérieur du Bloc.

Mais qu'importe: à leur manière, ils auront écrit l'Histoire. 

 

 

 

 

Tout commence entre chien et loup ,tout se termine à l'aube. Voilà donc "l'espace temporel" de ce roman, limites de temps dignes de  "La petite chèvre de monsieur Seguin"...

 

C'est l'histoire, à la première personne du singulier,  de Stanko, ancien skinhead devenu chef du service d'ordre du bloc. Incapable de vivre sans une bonne tranche de haine et  incapable de s'aimer lui-même.

 

C'est l'histoire de Maynard , à la deuxième personne du singulier, entré au parti " à cause d'un sexe de femme". Incapable de vivre sans le sexe de cette femme, sans les bastons et le sang sur ses mains. 

En  une nuit, "Je" et "Tu" racontent leur jeunesse, se remémorent leur vie,leur rencontre au sein du parti, leur amitié ambigüe, leurs "valeurs" pourries,  leurs descentes et ratonnades exécutées ensemble ou pas...

 

Difficile voire impossible de rester de marbre face à ce livre. Il sonne vrai, trop vrai pour nous laisser insensible.

 Inutile d'avoir la carte d'un quelconque parti  ou de militer  pour entrer dans ce monde bâti sur un agglomérat de  violence, de haine et comprendre qu'il doit immédiatement être  banni .

 

 

L'emploi des deux premières personnes du singulier provoque rapidement un malaise,  une intimité dérangeante avec les personnages. Il plonge le narrateur et donc le lecteur au coeur du débat, au coeur de "leur" histoire et de notre Histoire, celle avec un grand H .

 

Malgré les parcours qui "pourraient" expliquer les choix de vie et la descente aux enfers de "Je" et "Tu" , mon "je" ne semble éprouver aucune empathie  et encore moins de compassion pour les personnages . 

Je sais vers où je tends et vers où je ne tends pas.

 

Jérôme Leroy nous propose un livre troublant, gênant, au même titre que de nombreux ouvrages de Thierry Jonquet. 

 

On exécute sans le savoir un saut à l'élastique dans un gouffre dont les bords se rapprochent à chaque rebond. 

 

A lire et à ranger dans le Très Noir. 

 

Une interview de Jérôme Leroy à ne pas manquer ICI.

 

Un  article sur  RUE 89  concernant "Le bloc".

Repost 0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 16:44

Jérôme Leroy  face aux équarrisseurs de la Noiraude ! 

Un rendez-vous à ne pas manquer le 7 mars à 20h30 à la médiathèque de Pordic, charmante petite bourgade aimant le Noir et le Polar. 

Dépeçage et  désossage  seront   pratiqués en toute impunité sur les oeuvres de Jérôme Leroy,  avec dextérité et  amour littéraire ! 

J' assisterai avec plaisir à ce remix de Delicatessen, en espérant être assise dans un fauteuil voltaire...plutôt qu' accrochée sur un esse ...

 

 

jérôme leroy

 

Jérôme leroy     

 

Pour en apprendre davantage, le site de la Noiraude, c'est PAR ICI . 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans La noiraude Jérôme Leroy
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 22:00

           

 

    "Comme un fauteuil Voltaire dans une bibliothèque en ruine"

      Recueil de nouvelles de Jérôme Leroy

      Edition "mille et une nuits"

 

 

 

 

 

Comme un fauteuil Voltaire...

 

   Quatrième de couverture:

 

   " Mais, vois-tu, il y a trente ans, quand j'étais petit garçon, si l'on m'avait dit que j'allais vivre dans un monde où l'on risque sa peau en mangeant, en se baignant, en faisant l'amour, un monde où il faut accepter de porter des masques certains jours, où la fête est devenue une obligation, un monde où l'on bombarde ses propres banlieues, où l'eau manque, où l'on ne peut plus jamais être seul sans avoir l'air suspect de maladie mentale, où vouloir faire un enfant à une femme en entrant en elle est devenu obscène, alors, tu vois, j'aurais dit à ce type que j'aimais bien la science-fiction, mais que, là, il y allait tout de même un peu fort. Qu'il n'était pas crédible... On supporte tout ça parce que ce n'est pas arrivé d'un seul coup, mais à doses homéopathiques, mois après mois, année après année. En fait, la catastrophe est lente, Agnès, terriblement lente. C'est une fin du monde au ralenti. Tu comprends ?
- Je crois, oui. Hélas, je crois que je comprends."

 





     Certaines nouvelles m’ont rappelé l’ excellent livre de George Orwell «1984» où notre très célèbre "Big Brother" domine le monde et les hommes ...

    

 

Parmi les nouvelles , j’ai particulièrement aimé :

 

              "   La jeune fille, le choc pétrolier et la mort "

              "   Agnès s’en va "

              "   Le vieil homme , la mitraillette et l’automne "

              "   L’insomnie de 5h13 " 

              "   Comme un fauteuil voltaire dans une bibliothèque en ruine "

              "   Vision nocturne "

              " La défonse du consommateur "

              " Rue La-Rochefoucauld "

              " Conscience professionnelle "

              " Le buveur du dernier vendredi "

              " Le déclenchement muet des opérations cannibales "





      

 

    «Comme un fauteuil Voltaire dans une bibliothèque en ruine» regroupe une série de nouvelles d’anticipation où apparaissent des personnages au destin brisé dans un monde nécrosé et envahi par la surconsommation , la technologie et la technocratie. Les rapports de force entre le commun des mortels et le pouvoir semblent omniprésents.



 Humour noir, style à la fois  incisif et tout en poésie et délicatesse , sensibilité, imagination et fantastique …

Autant de mots qui me viennent à l’esprit pour définir ce recueil.

 

Pour en apprendre davantage sur l'auteur c'est ICI ou .

 

 

 

 

 

Repost 0

Dans Quel État J'erre ...

  • : l'oiseau livre
  •  l'oiseau livre
  • : Du polar, du noir
  • Contact

victimes

un compteur pour votre site

Recherche