Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 17:53
Même pas morte ! - Anouk Langaney - 2013

Editions Albiana 2013

Il y a eu le journal de Bridget Jones (ouais d'accord...).

A présent il faut compter celui de Minette Galandeau. Sauf que Minette ne compte pas les clopes qu'elle fume, ne pleurniche pas pour tout et n'importe quoi, ne monte pas sur la balance comme une névrosée . D'ailleurs névrosée elle ne l'est pas, elle est juste atteinte de la maladie d'Alzheimer .

Avant d'être affublée de cette douce étiquette, Minette faisait partie du milieu. Flingues, braquages, rien ne lui résistait surtout pas les hommes et encore moins son Maurice parti trop tôt. Et comme elle le dit si bien « Un homme amoureux est toujours plus con et ça peut servir. ».

Minette a appris à se méfier du monde entier. Qu'ils soient  neveu par procuration, infirmière dévouée, représentant en salles de bain ou couteaux à pain, ce sont tous des êtres hostiles. Reste à savoir quand et comment elle va les endormir pour qu'ils ne touchent pas à son pactole. Elle l'a dit , le premier qui fait un pas de travers, elle le bute !

 

N'étant pas fan des petites vieilles, héroïnes des temps modernes (Mémé Cornemuse m'ayant moyennement amusée), j'ai ouvert ce bouquin avec une arrière-pensée malsaine (ou une saine incertitude...) , celle de traquer le côté redondant et sordide du personnage. Bien mal m'en a pris. Minette est au dessus du lot. Reine du braquage dans sa jeunesse, elle conserve sa couronne avec brio pour ses mots doux et son sens de la repartie.

Même pas morte est bâti sur ses élucubrations quotidiennes et uniquement les siennes ! Aucun autre protagoniste ne peut nous faire part de ses états d'âme. Minette conserve l'exclusivité, tout transite par son cerveau en décomposition et cette furieuse envie d'aller jusqu'au bout pour gagner la partie.

Je n'en dirai pas plus.

 

Je découvre Anouk et sa plume. Elle joue avec les phrases comme Minette avec les mots.

Ecriture fluide , pince-sans-rire et pure comme l'eau corse. Un peu comme l'auteure, rencontrée en octobre dernier à Noir sur la Ville.

 

Un excellent moment de lecture que je n'hésiterai pas à renouveler. 

 

PS: J'apprends avec un plaisir non dissimulé que Minette et Anouk viennent de remporter le prix marseillais du Polar ! A moins d'être atteint de la maladie d'Alzheimer, impossible que ça tombe aux oubliettes...

 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Made in Corse
commenter cet article

Dans Quel État J'erre ...

  • : l'oiseau livre
  •  l'oiseau livre
  • : Du polar, du noir
  • Contact

victimes

un compteur pour votre site

Recherche