Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 14:28

 

 

La maison de Nicolas Jaillet est parue pour la première fois en 2013 aux éditions Rue du départ.

Cet excellent  roman noir est réédité cette année dans la collection Milady Thriller.

Pour ceux qui auraient raté le coche en 2013, il y a possibilité d'aller au rattrapage à partir du 23 septembre.

 

 

- Format : poche et numérique
- Prix : 5,90 € en papier, 4,99 € en numérique
- ISBN : 9782811218256
- Nombre de pages : 288
- Date de parution : le 23 septembre 2016

Nouvelle édition 2016

Nouvelle édition 2016

Editions Rue du départ en juin 2013

Editions Rue du départ en juin 2013

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Made in France Nicolas Jaillet
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 18:39
Nous les maîtres du monde

Nous les maîtres du monde

Editions Après la lune - 2010 

 

"Les super-héros mènent une double vie. Ce sont  des hommes du commun arrachés à leur condition médiocre par des événements souvent tragiques et traumatisants." (Super-héros : Grandeur et décadence du mythe - p 50,51)

 

Après avoir lu « La maison » du même auteur, je suis projetée dans un futur proche où les super-héros ont perdu de leur ramage et de leur plumage. Tous les super-héros ? Non ! Une poignée semble prête à résister à l'envahisseur à coups de gadgets, de supers pouvoirs et de poings.

L'un d'entre eux est même employé par les services secrets et chargé de détruire une créature qui a toujours FAIM... Elle dévore ses victimes de l'intérieur. Cette orgie de nourriture terrestre pourrait être poétique, il n'en est rien. Lorsqu'elle ne peut plus agir seule, la Bête en appelle une autre .

Afin de venir à bout de l'affamé(e) ou (es), Louis Lartigue, notre super-héros doit faire appel à ses camarades de jeunesse, héros masqués d'un temps révolu. On quitte le rêve et le jeu pour entrer dans la réalité de la Bête et des forces maléfiques « colorées »...

 

Nous les maîtres du monde  est une succession de découvertes. On apprécie  Les aventures de Fred Véloce  que tout enfant qui se respecte aurait voulu écrire, mais aussi  Dans l'ombre , l'excellent ouvrage rédigé par Golumm en 2037. Une belle avant-première !

On imagine cette rencontre improbable avec L'homme atomique, Mad Max , Frère Jérôme ou encore La dame blanche, directrice de la maison des Arcades en Bretagne, sorte de thalasso particulière pour milliardaires particuliers ( d'où la chanson du même titre qui n'est qu'un plagiat) . Pour y accéder , il faut montrer patte blanche voire plus...

 

Un très agréable moment de lecture avec quatre sauveurs de l'humanité, quatre super-héros dignes des plus grands comics . Des super-héros drôles, vieux ou trop nostalgiques, beaux, abîmés ou déjà morts. Des super-héros trop vite oubliés et qui restent malgré tout les Maîtres du monde !

 

Nicolas Jaillet en rêvait, il l'a fait . Avec humour, une énergie non dissimulée, une certaine sensibilité voire un attachement certain pour les super-vieux-héros et une imagination délirante.

Mention spéciale pour les « entités »  douées d'une intelligence si ...naïve. Elles ont su découvrir avec finesse l'automobile, le genre humain et le reste ... Rock'n'roll !

 

Sur ce je vous laisse car je dois revêtir mon costume en latex pour aller sauver le monde.

 

"La maison" autre roman de N. Jaillet ICI

Repost 0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 15:36

 

 La maison Nicolas Jaillet

Editions Rue du départ - Paru en juin 2013 -

 

"Les femmes plus âgées, celles qui ont la bague au doigt, ont gardé leurs distances. Elles ne gémissent pas, elles. Elles savent." (extrait)      

 

 

Le fait de ne pas avoir parlé de ce roman en 2013 ,après sa lecture, n'a rien à voir avec une forme de flémingite aigüe, ni un manque de temps car du temps, on en trouve toujours pour les bons romans. C'est uniquement par un besoin évident de ne pas se jeter sur la feuille pour écrire n'importe quoi.

Alors voilà, je me lance en tentant de ne pas déroger à ma règle du "pas n'importe quoi".

 

Je découvre Nicolas Jaillet et "sa maison" en 2013 en allant faire un tour sur PolarMania. Merci Hervé, pour cette belle découverte.  

La suite est une évidence. J'ouvre le livre et je deviens  "Le buveur d'encre". 

 

Ce bouquin n'a pas besoin de longs discours . Il est là et détient toute la puissance requise pour exister. Et il y a ces mots, si anodins lorsqu'ils sont seuls, si évidents dans ce roman. Prestidigitation

 

Un petit bijou qui, malgré le prénom de son héroine Martine, n'a rien à voir avec "Martine, petite maman" ou "Martine à la montagne". On est bien loin de l'image d'Epinal et de ses petites sauteries.

 

 

Envie de trouver des mots justes, de belles phrases. Mais après avoir lu la préface de Marcus Malte, je me sens toute petite.

 

Envie de lui donner des images, mais je ne trouve pas d'image à la hauteur. 

 

Envie d'en faire un dessin. Je l'ai dans la tête, là tout près mais il ne sort pas sur le papier tel que je le veux. 

 

Roman bouleversant, sobre, profond. Véritable petite cage d'acier où le lecteur se retrouve piégé sans y être inviter. 

L'angoisse y est Maîtresse de maison. La peur ne peut y devenir une Habitude. L'asservissement est loin d'y être Obsolète...

 

L'écriture de Nicolas Jaillet reste le moteur de cette histoire. Il écrit au présent, par l'intermédiaire d'un enfant devenu témoin de la vie et donne ainsi au lecteur la possibilité d'être en "Live" sans jamais s'en mêler.

Ecriture de l'instant, puissance des émotions. Puzzle dont chaque pièce, judicieusement placée au fur et à mesure, nous enseigne un petit bout de la vie. 

 

Les placards de la vie sont loin d'être anodins.

 

 

Gros coup de coeur pour un roman fabuleux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Dans Quel État J'erre ...

  • : l'oiseau livre
  •  l'oiseau livre
  • : Du polar, du noir
  • Contact

victimes

un compteur pour votre site

Recherche