Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 15:33
La vie de ma mère - Thierry Jonquet - Série noire

Gallimard - série noire - 1994

La vie de ma mère - Thierry Jonquet - Série noire

Réédition - Folio - 2001

 

 

 

« La vie de ma mère ! » ne retrace pas la vie de sa mère.

Si ce môme narrateur avait raconté la vie de sa mère, on n'en serait pas là et lui non plus.  

C'est sa vie qu'il raconte ou plutôt une tranche de vie, bien loin d'être une tranche de pain de mie à moins d'y ajouter une grosse croûte. Et puis une tranche de pain de mie , ça retombe vite côté beurre.

Sa tranche de vie , elle ne retombe pas, elle est là, en apesanteur et il doit faire avec.

Certains romans de Jonquet ne se racontent pas, ils se lisent . La bête et la belle, Mémoire en cage ne se racontent pas. La vie de ma mère c'est pareil, ça ne se raconte pas , ça se lit car lire Jonquet , c'est vivre. Voilà.

Sur la vie de ma mère que je ne vous mène pas en bateau. Je ne vous manipule pas plus avec des tranches de pain de mie, j'aime pas le pain de mie par contre j'aime les tranches de vie. Et celle-ci est sacrément bien écrite, tendre, drôle et pas si drôle que ça en fait.

A lire et à vivre si ce n'est déjà fait.

 

 

 

 

Il y a 6 ans, Thierry Jonquet est parti. 

 

 

La vie de ma mère - Thierry Jonquet - Série noire

-Rencontre

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie de ma mère - Thierry Jonquet - Série noire

-Mémoire en cage

 

 

 

 

 

 

 

La vie de ma mère - Thierry Jonquet - Série noire

-Vampires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie de ma mère - Thierry Jonquet - Série noire

-Rouge c'est la vie

 

 

 

 

 

 

 

-On en parle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vie de ma mère - Thierry Jonquet - Série noire

-400 coups de ciseaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 18:38

 

 

 les-400-coups-de-ciseaux

 

Pour celles et ceux qui ne se sont pas jetés dessus à sa sortie le 21 mars 2013, le voici à présent en format poche chez POINTS.

Sortie JEUDI 13 MARS 2014.

 

 

 

 

 

 

Il y a tout juste 8 mois , j'en parlais ici .

400-coups-de-ciseaux-

 

 

 

Action-suspense en parle aussi très bien  !    

 


 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Thierry Jonquet
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 13:40

 

Me voici rassurée, mes chats aiment Jonquet ...

Même jour mais pas au même moment ... Le livre n'est pas tombé, c'est un signe...ou pas.

400-coups de ciseuax

400-coups- de ciseaux

 

400-coups-de-ciseaux-

 

Recueil de nouvelles (parues dans la presse entre 1995 et 2009) dont une inédite « 400 coups de ciseaux ».

Une préface de Hervé Delouche, président de l'association 813, qui rend un bien bel hommage à Thierry Jonquet.

Puis le ton est donné avec un texte de l'auteur intitulé « Voilà comment ça s'est passé ». Texte paru dans « les temps modernes » en 1997 . Thierry Jonquet y parle de sa rencontre avec le roman noir , de sa contamination par le virus du néo-polar… « (...)Barbarie. Le roman noir est condamné à un concubinage forcé avec cette courtisane au regard torve, aux vilaines manières. Elle écarte les cuisses avec un sourire d'une rare insolence. Obscène, elle est obscène ! Il faut malgré tout la besogner -littérairement s'entend ! La tâche est rude. Je suis fasciné par la créature. Sa laideur me désarme, me laisse pantelant. Elle ne me fait pas bander. A chacun ses fantasmes(...) La barbarie est là parmi nous. Devant, derrière, tout autour, nous sommes cernés. Le roman noir est son fidèle compagnon (…) Célébrons leurs épousailles, ils ont un sacré bout de chemin à parcourir ensemble(...) ».

 

Et enfin 20 nouvelles brèves, incisives, bien noires avec une petite pointe de sucré/salé.

C'est parti pour la tendresse « Jonquéaine », la dérision, l'humour, le noir, l'humour noir.

Des nouvelles aussi croustillantes les unes que les autres. Touchant du doigt tantôt la société, tantôt l'individu dans sa plus grande solitude mais ayant toutes pour point commun la détresse humaine, le fait divers sordide, la tragédie banalisée par la presse télévisée afin de gonfler toujours plus l’Audimat . Jonquet reste le maître incontestable dans le domaine de la satire, dénonçant les vices de notre société et nos « presque » relations humaines, fesses posées sur un coussin épineux, en mangeant une tartine de miel.

On se régale de son écriture en attendant les chutes épiques, les dénouements uniques comme dans bon nombre de ses romans.

 

Un recueil post-mortem sur lequel j'ai sauté à sa sortie, un incontournable pour les accros de Jonquet mais qui, sans vouloir paraître démago , ne remplacera malheureusement pas tous les polars qu'il aurait encore pu nous écrire … et qu'on n'aura jamais entre les mains.

400 coups de ciseaux pour 400 qualificatifs, 400 bonnes raisons de lire du Jonquet impossible à écrire ici en totalité.

Je me contente donc de 400 mots.

 

 

 

 

 

Repost 0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 09:26

 

 "Entrée libre" 

Le néo-polar par Thierry Jonquet.

Pour en parler,  Hervé Delouche, responsable de la revue 813 et Hubert Artus , critique littéraire.

 

 


THIERRY JONQUET par MagEntreeLibre

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Thierry Jonquet 813
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 13:28

 

Rouge c'est la vie

 

Quatrième de couverture:

Mai 68: j'avais quatorze ans, elle aussi. c'était le temps des banderoles, des slogans, des drapeaux rouges, des manifs. Le temps du militantisme. Pour moi, dans les rangs trotskystes, à la ligue communiste. Pour elle, au Kibboutz. Trente ans plus tard, la tentation était forte de jeter un coup d'oeil dans le rétroviseur, de raconter une histoire d'amour aussi...

T.J.              

 

 

Un roman très autobiographique loin du monde "Noir" de Thierry Jonquet mais lu avec tout autant de plaisir car la construction en est originale.

 

Deux mondes parallèles se côtoient.

 

L'un , plongé dans la réalité, le militantisme, l'appartenance à un groupe, la construction d'une identité, la quête d'un monde meilleur...

Ce monde appartient à Léa et Victor, protagonistes du roman.  

 

 

L'autre est plongé dans l'imaginaire. Par le biais d'une organisation digne des renseignements généraux, il ne laisse rien au hasard. Et ça tombe bien, il appartient justement à Mr Hasard...

Dirigeant d'une "entreprise" peu commune avec de multiples sections pour lesquelles travaillent d'arrache-pied de nombreuses petites "fourmis" afin que ce putain de monde tourne rond ! 

 

Il y a le monde d'en haut et le monde d'en bas...

 

Comme dans tous les Jonquet, la fin est à la hauteur. 

Je suis particulièrement touchée par l'écriture des dernières pages. 

 

Je ne saurais dire si Thierry Jonquet savait écrire des histoires d'amour. 

Mais il a su en écrire une avec passion, humour et ....amour.

La sienne. 


Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Thierry Jonquet Coups de foudre
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 09:04

 

 

 

Acheté à sa sortie et lu dans la foulée , le dernier roman posthume  de Thierry Jonquet est un petit bijou...inachevé. J'ai mis du temps à me décider à écrire quelques lignes sur cette lecture car la frustration est immense. 

 Vampires

 

Quatrième de couverture

Quand un immigré roumain découvre au fond d'un hangar un quidam empalé sur un pieu de bois, le visage tordu de souffrance ante mortem et les entrailles broyées, dans la meilleure tradition des victimes de Vlad Tepes alias Dracula, resurgissent, du fond de l'Histoire, des terreurs ancestrales. Et si les vampires n'étaient pas morts ? La famille Radescu, ces sans-âge au teint blafard, ces noctambules habitants de Belleville, n'ont pas la vie facile. Tuer le temps ne va pas de soi quand celui-ci renaît chaque jour, pour ainsi dire éternellement. Qui s'est jamais intéressé au sort de ces humains sur qui le temps n'a pas de prise ? De ces humains interdits de soleil et alourdis de désirs inassouvis ? Réintégrer la communauté humaine, en finir avec l'éternité, c'est le but qu'ils se fixent pour tenter d'échapper à cette existence désespérante.

 

 

Certains pourraient se dire: "Mais pourquoi  lire un livre dont la fin n'a pas été écrite ?"

 

Seuls Les lecteurs acharnés de Jonquet peuvent comprendre , seuls les amoureux de son écriture peuvent expliquer ce geste et accepter ce même état de frustration quand ils ferment le livre .... 

A la dernière page  .... panique , désarroi ... Thierry Jonquet ne peut pas être parti  , il n'a pas fini !!!  puis j'ai eu une folle envie ... le faire revenir pour qu'il me livre la fin .

 

Faire tourner les verres ? Faire des incantations ? Implorer le dieu du polar ? 

 

J'ai fini par me dire :"On se calme, on se calme! elle existe cette fin, quelque part six pieds sous terre quelqu'un la connaît , détient la clé et nous n'avons pas le droit d'y toucher . Chaque lecteur est à même d'imaginer ce que LUI aurait écrit mais  personne ne peut dire ce qu'ELLE aurait pu être ...

 

Un secret bien gardé "Ad Vitam Aeternam" .... Le dernier cadeau de  ce grand monsieur.    

 

Je ne suis habituellement pas fan des "vampires" et de leurs histoires qui se ressemblent tant et patati et patata , collier d'ail et puis voilà.

En découvrant le titre j'ai  pensé un court instant :" Non pas lui ... " Et bien si, il l'a fait mais pas comme tout le monde, pas comme au cinéma, pas pour les mêmes raisons !

Tout d'abord, on ouvre le livre et on y plonge de suite , sans préavis. Nous sommes au coeur de Belleville (évidemment !) et on imagine parfaitement l'ambiance de ce petit bout de monde où cohabitent  des personnages hétéroclites.

Et puis là-bas, au bout, il y a cette grande bâtisse . Une famille de vampires y habite et la vie de chacun de ses membres nous est livrée . Marginalisés malgré eux ,  instruits et cultivés , chacun gère son héritage génétique comme il l'entend et surtout comme il le peut  . Un jour une décision importante doit être prise , je vous laisse la découvrir... Tout comme je vous laisse découvrir le presque et excellent aboutissement de cette histoire si particulière que seul Thierry Jonquet pouvait écrire.

 

Les vampires sont-ils  immortels ?

 

Mais attendez MONSIEUR Jonquet,  ne serait-ce pas vous le  vampire immortel de la littérature ?

Revenez s'il vous plaît, vous n'avez pas terminé votre histoire .

 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Thierry Jonquet Coups de foudre
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 20:14

 

 

 

 

    jonquet mémoire en cage 

 

Quatrième de couverture :

"Qui, Pourquoi, Comment? Voilà les questions que se posait le commissaire Gabelou. Trois questions pour trois cadavres. Comment en était-on arrivé là? La fatalité, l'injustice et la vengeance ...

Cynthia a beau être prisonnière de son fauteuil roulant et de son corps souffrant, elle n'est peut-être pas si débile qu'il y paraît. Sa vie est fichue alors il ne lui reste plus qu'à réussir la mort de l'ordure qui a tout gâché. Mais comment?"

 

 

 

Mon avis :

 

Excellent thriller de Jonquet mettant en scène un personnage principal pour le moins inhabituel, Cynthia, une jeune fille de 16 ans, IMC, qui crie vengeance malgré son silence . Trois personnages nous livrent ainsi au fil de l'histoire leurs pensées les plus machiavéliques, les plus détestables... construisant peu à peu l'intrigue :

 

Il y a Cynthia, fil conducteur du roman, tirant les ficelles d'une vengeance calculée et mûrie de longue date.Morier,médecin responsable de ce qui lui est arrivé...Et enfin Alain, personnage vil, obsédé sexuel.

 

On excuse le crime, on va jusqu'à le comprendre...

 

Au delà du thriller, Monsieur Jonquet nous offre sur un plateau une intrigue humaine  savamment menée de mains de maître . Comme à son habitude, il dérange, titille les sentiments, impose des réactions et met un coup de pied dans notre fourmilière mentale .

 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Thierry Jonquet Coups de foudre
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 22:22

 

 

 

      Je ne peux mettre ce blog en route sans commencer par cet article.

     Aujourd'hui, pas de présentation de livre, juste celle d'un homme.

 

 

 

 

 

 

L’aventure commence il y a quelques années lorsque j’ouvre « Moloch ».

 

Je découvre alors un écrivain extraordinaire qui devient à partir de ce jour le fil conducteur de mes lectures.

Novembre 2006, la liste des auteurs présents à "Noir sur la ville" ( festival du roman policier à Lamballe) paraît et là que vois-je ? MONSIEUR Jonquet sera là…

J’y cours, j’y vole avec un  sac rempli de ses œuvres et je me retrouve devant lui comme un enfant devant le père noël , je ne parle pas (tout à coup je ne sais plus parler !!!!) , je me contente de regarder inlassablement ses romans sans oser m’adresser à ce monstre de l’écriture ! Il me demande si j’en connais quelques uns ….bien sûr que j’en connais ! Nous échangeons , discutons un bon moment devant des petits fours . Tout ça pour dire qu’il m’ a dédicacé le sac complet …

 

Aujourd’hui, Je regarde ma bibliothèque ...et je me dis que plus jamais un nouveau roman de Thierry Jonquet ne viendra s'y glisser... plus de rencontre à "Noir sur la ville" ... plus d'échange sur ses livres préférés...Un grand vide s'est installé, il me manque .

  

 

Cet auteur rempli d’humanité sera toujours là, et ses écrits continueront à vivre.

 

  

 

Thierry Jonquet

   Photo de Olivier Roller

 

 

Il était celui q u‘on adore ou qui dérange bref un monstre sacré de l‘écriture.

 

 

Repost 0
Published by l'oiseau livre - dans Thierry Jonquet
commenter cet article

Dans Quel État J'erre ...

  • : l'oiseau livre
  •  l'oiseau livre
  • : Du polar, du noir
  • Contact

victimes

un compteur pour votre site

Recherche